Ambroisie, l’Isère en zone rouge

L’Ambroisie à feuilles d’armoise (Ambrosia artemisiifolia L.) est une plante originaire d’Amérique du nord de même famille que le tournesol (Asteraceae). Par le biais des activités humaines, elle s’est dispersée sur tous les continents.

Depuis son arrivée en France dès le XIXèmesiècle, elle a été transportée involontairement avec des semences agricoles et avec des matériaux minéraux destinés aux travaux. Si l’ambroisie s’est longtemps concentrée dans les vallées du Rhône et de la Loire, elle tend aujourd’hui à coloniser une très grande partie du territoire métropolitain dont la région Bourgogne-Franche-Comté. La tige est couverte d’une importante pilosité et devient rougeâtre en fin d’été.

La feuille, du même vert sur ses deux faces, est profondément découpée. Il n’y a pas d’odeur quand on la froisse. Pour en savoir plus , vous pouvez vous rendre sur les sites de nos partenaires techniques www.ambroisie.info, conservatoire-botanique-fc.org et www.fredonfc.com

Quels sont les principaux impacts du développement de la plante

Sanitaire

Cette plante annuelle estivale est à croissance rapide. Ses semences ont une survie supérieure à 10 ans et une seule plante peut produire 3 000 semences par an et libérer plusieurs millions de grains de pollen par jour. Son pollen provoque, en août septembre, chez de nombreuses personnes des réactions allergiques importantes (rhinite, conjonctivite, asthme voire urticaire ).

Économique et environnemental

Elle affectionne les terrains nus et fréquemment remaniés. On peut donc la trouver plus particulièrement le long des cours d’eau et dans de nombreuses zones anthropisées (modifiées par l’homme) : friches, bords de route, chantiers, parcs et jardins, cultures, etc. Elle pousse sur tous types de sol, même très superficiels et peut aussi profiter des quelques fissures présentes sur les revêtements routiers et joints d’ouvrages. Pour les gestionnaires et propriétaires, l’obligation de lutte liée à l’invasion peut ainsi entraîner un coût certain. De plus, c’est une adventice de culture (mauvaise herbe) qui peut entraîner une perte de rendement agricole importante.

Les risques ou pratiques qui vont favoriser le développement ou le déplacement de la plante

Tous travaux générant des remaniements ou déplacements de terres contenant des graines, broyages de végétations en période de fructification, ruissellements …

La carte jointe montre que l’Isère est l’un des départements français les plus touchés par cette plante. Nos référents locaux sont Stéphane BLACHOT et Jean-François BLACHOT.

 

  

 

Retour haut de page