Sortir de la blessure en sortant des sentiers battus

C’est ce que l’association « Au-Delà de nos Handicaps (ADH) » a proposé à 8 blessés psychiques ressortissants du monde militaire et policier (6 blessés de l’Armée de Terre, 1 de l’Armée de l’Air et 1 de la Police Nationale). 

Ces 8 blessés se démènent tous dans l’enfer du SPT (Syndrome Post Traumatique) depuis des années, après avoir vécu un, ou une succession de faits traumatisants, dans l’exercice de leurs fonctions au service du pays. 

La plupart du temps, le SPT s’exprime par une incapacité croissante à gérer ses émotions. En finissant par occuper tous les espaces intérieurs, les émotions négatives mènent fatalement à un isolement marqué et une forte perte d’estime de soi qui rendent difficile, voire impossible, toute vie sociale. 

Après de longues périodes de traitement médicamenteux lourds d’effets secondaires, et souvent plusieurs hospitalisations, efficaces dans les pics de crise mais aux résultats limités dans la durée, les blessés comprennent tôt ou tard qu’on ne guérit pas d’un SPT, mais qu’il s’agit plutôt d’apprendre à vivre avec. 

Arguant de ce constat initial, l’idée de ce stage « pilote » était de créer un environnement rassurant dans lequel les blessés pourraient expérimenter plusieurs outils thérapeutiques alternatifs, complémentaires à la médecine allopathique traditionnelle en occident. 

Deux leviers communs à ces thérapies alternatives retenaient notre attention. D’abord celui favorisant « l’ouverture des espaces intérieurs », afin qu’un véritable chemin de résilience 

puisse être envisagé. Puis celui permettant de stabiliser l’expression des émotions, grâce à des méthodes reproductibles chez soi en autonomie par les blessés. 

Ce stage s’inspire de méthodes mises en oeuvre dans d’autres pays confrontés depuis longtemps aux situations de guerre, et qui appuient l’accompagnement de la blessure psychique sur le concept de « boite à outils » plus que sur celui d’un panel unique. 

Dans ce concept de boite à outils, l’idée d’ADH était d’ouvrir le tropisme du soin, en mêlant l’utilisation d’outils quantiques « énergétiques » à des outils verbaux de conscientisation plus conventionnels, pour faire émerger un accompagnement le plus holistique possible (qui tient compte de l’être humain dans sa globalité, de sa réalité la plus dense à sa réalité la plus subtile). 

Ainsi, le stage Saint Honorat a eu lieu du 11 au 19 septembre 2019 sur l’île du même nom, au large de cannes dans les Alpes Maritimes, qui abrite une Communauté monastique Cistercienne qui vit dans la prière, et de la culture de la vigne et des oliviers, depuis 16 siècles. 

Grâce à l’accueil profondément chaleureux et altruiste des moines de la Communauté, ainsi qu’aux compétences multiples des 11 accompagnateurs de l’association ADH (coordonnateurs, éducateur sportif, équipiers logistique, thérapeutes), le cadre paradisiaque, fraternel et autonome de ce stage était posé. 

Sans véritable emploi du temps arrêté, chaque journée s’inspirait de l’ambiance du groupe et des besoins subjectifs de chacun avant d’aller puiser dans 3 modes d’action interactifs et complémentaires : 

1/ Le travail de la Terre (vendanges à cette saison), permettant la reprise de contact avec le travail manuel, l’émergence d’un sens à visée collective à l’action, les échanges dans la confiance, et le retour à notre nature profonde et intrinsèque. 

2/ Les activités nautiques et aquatiques (kayak, plongée, voile, baignade), permettant simultanément la détente, les interactions de groupe constructives, l’introspection et la connexion à des espaces intérieurs positifs. 

3/ Les activités thérapeutiques alternatives (yoga, qi gong, acupuncture, thérapie émotionnelle, accompagnement par le touché, sophrologie, méditation, psychothérapie…), en groupe ou en séances individuelles, qui furent la véritable main courante de ce stage. 

En favorisant d’abord la détente profonde et la mise en confiance, et en faisant émerger des temps de paix intérieure en dehors de toute souffrance, nos thérapeutes purent, au fil des jours, aider les blessés à connecter des espaces émotionnels plus profonds, tout en les accompagnant sur l’appropriation d’outils de gestion et de stabilisation de leur hyper-émotivité en autonomie. 

Au gré des sensibilités de chacun avec les outils proposés et avec les thérapeutes présents, les blessés purent avancer de manière significative sur le chemin qui incite à porter un regard différent sur l’ensemble des tropismes de la blessure psychique. 

A rythme de la traversée de ces espaces de souffrance difficiles mais qui font grandir quand on ose les regarder en face, chacun put s’appuyer, sans discontinuer, sur l’énergie particulièrement positive d’un groupe soudé par les liens de confiance nés de la nature « horizontale » des échanges entre tous les membres du groupe. 

Un répertoire national de thérapeutes alternatifs dignes de confiance, mis en place par ADH et en évolution permanente, est d’ores et déjà mis au profit des blessés, afin que les outils 

choisis par chacun d’entre eux puissent continuer d’agir durablement sur les espaces intérieurs ouverts pendant ce stage 

Les premiers retours de ce stage pilote font apparaitre un degré d’ouverture et de stabilisation des émotions très encourageant. 

Le stage de Saint Honorat, aux résultats très prometteurs, sera donc adapté sur la base des retours d’expérience, et reconduit dans son concept plusieurs fois en 2020, sur l’île de Saint Honorat et ailleurs. 

Le concept de redynamisation psychique émergeant de ce stage pilote servira aussi à la définition des bases pédagogiques du projet de « Maison des blessés (MaiBle) » sur lequel travaille activement ADH. 

Ce stage, comme toutes les opportunités proposées aux blessés par ADH, de dépasser les limites de leur blessure, n’existent que grâce aux liens de confiance qui se tissent jour après jour entre notre association et ses partenaires. 

Un immense merci pour leur soutien ! 

(Abbaye de Lérins, association Amitié Lérins Fondacio, La France Mutualiste, Fondation Bettencourt Schueller, Fédération des Clubs de la Défense, association Police Action Solidaire, Office National des Anciens Combattants et des Victimes de Guerre, CARAC, Municipalité de Vourey, Fondation Dominique et Tom Alberici, Fondation Humanité Digital et Numérique, Fondation Sophie Rochas, Fondation Caisse d’Épargne Rhône Alpes, Fédération Nationale André Maginot, Entraide Montagne, Entraide Parachutiste, La Nuit du Bien Commun, Lions Club Voiron, Fondation des OEuvres Sociales de l’Armée de l’Air, Association SOS Mieux Vivre, ATMAN Osteopatic Campus, municipalité de Cannes, club sportif et artistique des bases de défense de Bourges et de Varces). 

   

   

Retour haut de page