La traque des nids de tigres et autres culex commence

Les premières piqûres de moustiques, au début du printemps, ce n’est pas ce que nous recherchons dans cette saison de fleurs, de soleil et de renouveau.

Et pourtant ils sont là, ou elles sont là doit-on dire, dans ce printemps tiède.
Les femelles moustiques doivent boire du sang pour avoir une ponte correcte. Les animaux à sang chaud, dont nous faisons partis, représentent, pour elles, la source de ce bienfait.

Les mâles ne consomment que du nectar de fleurs et participent à la pollinisation des plantes, en concurrence avec les abeilles.

Maintenant, admettons que les femelles ne trouvent pas d’endroits proches pour pondre, ou que les larves devenues moustiques femelles soient trop loin de nous pour nous atteindre, alors pas de piqûre de moustiques. Nous pouvons mettre en scène ce scénario.

D’abord un peu de biologie. Les larves, issues des œufs pondus dans une eau souvent stagnante, restent environ une semaine dans le milieu aquatique. Les adultes vivent entre 15 et 40 jours suivant les espèces. A part lorsqu’ils sont emportés par le vent, la majorité d’entre eux restent à proximité de leur lieu de ponte. Il semblerait que si nous les éliminons dans un cercle de 100 et quelques mètres, alors nous serons indemnes de piqûres.

Pour cela, nous devons éliminer toutes les eaux stagnantes de nos jardins, les dessous de pots de fleurs doivent être vidés régulièrement. Il reste les cuves de récupération d’eau pluviale, les auges à bovins, les regards d’eaux usées et les puits. Pour tout cela, une solution simple existe : l’huile végétale. Une goutte d’huile de tournesol, d’arachide, d’olive ou de colza empêche les larves de venir respirer à la surface de l’eau stagnante, alors, fini les moustiques adultes. Un seul millilitre d’huile tous les mois recouvre largement 1 mètre carré d’eau stagnante et protége notre repos. De plus, il semblerait que cela ne soit pas toxique pour les autres animaux.

Il faut sinon s’assurer que ces eaux recèlent des poissons et des grenouilles qui se nourrissent de moustiques, comme aussi bon nombre d’oiseaux, de chauves-souris, les libellules et les araignées. A vrai dire, certains se mettent à aimer les araignées tant les moustiques les importunent. Il existe des refuges à chauves-souris, à fixer des cotés sud ou ouest de sa maison à l’abri de la pluie. Il faut peu de temps à certaines chauves-souris pour manger leur propre poids en moustique.

Bon, maintenant parlons à nos voisins, à leurs voisins et à ceux d’à coté jusqu’à plus de 100 mètres……

Voilà, nous choisissons soit d’aimer nos moustiques, leurs cousins les moustiques tigres et leurs piqûres, soit de mettre une goutte d’huile végétale sur toute surface d’eau immobile. Nous passerons un bel été. Merci à Stéphane Judith pour cette actualité.

Retour haut de page